viernes, 25 de marzo de 2016

Saint Samedi 26 Mars (cliquez ici)


Aujourd'hui, nous ne méditons un évangile en particulier parce qu'elle est un jour qui ne liturgie. Mais Marie, le seul qui est resté ferme dans la foi et l'espoir après la mort tragique de son Fils, nous préparer, dans le silence et la prière, pour célébrer la fête de notre libération en Christ, qui est l'accomplissement de l'Evangile.

La coïncidence des événements entre la mort et la résurrection du Seigneur et la fête juive annuelle de la Pâque, commémorant la libération de l'esclavage en Egypte, peut comprendre le sens libérateur de la croix de Jésus, le nouvel agneau pascal dont le sang nous préserve la mort.

Une autre coïncidence dans le temps, moins marqué mais néanmoins très riche sans sens, il y a la fête juive hebdomadaire de "Sabbat". Il commence le vendredi après-midi, lorsque la mère de la famille allume les lumières dans chaque maison juive, se terminant le samedi après-midi. Cela rappelle que, après le travail de création, après avoir fait le monde à partir de rien, Dieu se reposa le septième jour. Il a voulu que l'homme repose aussi sur le septième jour, en action de grâce pour la beauté de l'œuvre du Créateur, et comme un signe de l'alliance d'amour entre Dieu et Israël, Dieu étant invoqué dans la liturgie juive du Sabbat comme le mari Israël. Le sabbat est le jour invitant chacun à accueillir la paix de Dieu, son "Shalom".

Ainsi, après le travail douloureux de la croix, "toucher que l'homme est reforgée" dans les mots de Catherine de Sienne, Jésus entre dans son repos en même temps lorsque la première lumière de la lumière du Sabbat: "il est fini» (Jn 19,3). Maintenant, il a terminé les travaux de la nouvelle création: le vieil homme prisonnier de rien du péché devient une nouvelle créature en Christ. Une nouvelle alliance entre Dieu et l'humanité, que rien ne peut jamais se briser, il vient d'être scellé, et que désormais tout l'infidélité peut être lavé dans le sang et l'eau qui coule de la croix.

La Lettre aux Hébreux dit: "Un repos, le septième jour est pour le peuple de Dieu" (Héb 4,9). La foi en Christ nous donne accès. Notre vrai repos, notre paix profonde, pas un jour, mais pour la vie, est plein d'espoir dans la miséricorde infinie de Dieu, selon l'invitation du Psaume 16: «Ma chair reposera dans l'espérance, pour votre vous ne serez pas abandonner mon âme à l'abîme ». Avec un cœur nouveau, nous préparons à célébrer dans la joie le mariage de l'Agneau et nous permettre d'épouser pleinement l'amour de Dieu manifesté dans le Christ.

  Nous partageons son frère dans le Christ, le Père Santiago Zamora
 #diario #padresantiagozamora #evangelio #sacerdotessinfronteras #jesus #cristo #iglesia #biblia #cristianismo